Premier Système de Commerce Equitable et Solidaire du monde, Brésil 2010

Grâce au décret signé par le président Luiz Inácio Lula da Silva durant la réunion plénière du Conseil National de l’Economie Solidaire, réalisé ce mercredi 17 à Brasilia, le Brésil a maintenant le premier Système de Commerce Equitable et Solidaire du monde, reconnu et appuyé par l’Etat. Avec lui, il sera possible de consolider et d’amplifier les politiques publiques pour ce secteur et rendre pérennes les conquêtes des travailleurs brésiliens, a dit en toute solennité le président durant son discours. A cette occasion a été également signé le décret instituant le Programme National de Couveuses de Coopératives.

Le Système National de Commerce Equitable et Solidaire est un ensemble de paramètres à suivre durant l’exécution de politiques publiques axées sur la création d’emploi et de revenus à travers des actions de promotion de l’économie solidaire et du commerce équitable. Parmi ses objectifs, il y a donc : appuyer les processus d’éducation à la consommation avec pour objectif l’adoption d’habitudes durables et l’organisation des consommateurs pour l’achat de produit et services du commerce équitable et solidaire ; renforcer l’identité nationale du commerce équitable et solidaire, à travers la diffusion de son concept et l’exercice des pratiques qui lui sont inhérentes ; et favoriser les pratiques de prix équitables par ceux qui produisent, commercialisent et consomment.

L’économie solidaire, affirme le président, est une alternative pour la création d’emploi et de revenus, en plus d’être une solution pour inciter le pays à adopter des habitudes durables de commerce, qui soient justes et solidaires. Le Brésil est déjà une référence mondiale dans ce domaine depuis 2003, lorsque fut créé le Secrétariat National de l’Economie Solidaire. Et cette action a été bien suivie, dit Lula, puisque le gouvernement a institué un dialogue permanent avec la société civile pour construire les politiques publiques nécessaires.

« Tous ces efforts du gouvernement pour renforcer l’économie solidaire au Brésil en valaient la peine. Mais il faut reconnaître qu’il y a encore beaucoup à faire. L’action de ce Secrétariat National de l’Economie Solidaire et l’organisation périodique de Conférences Nationales vont certainement continuer à garantir les conditions pour que les travailleurs et travailleuses du pays puissent construire un réseau d’économe solidaire toujours plus solidaire et durable » a-t-il souligné.

Lula a aussi expliqué que la très large acceptation de son gouvernement de la part des brésiliens s’est faite par ce type d’initiatives, qui bénéficient directement à la population, et par la relation d’honnêteté qui a été établie avec la société depuis le début du mandat. le président a remercié les travailleurs du commerce solidaire la foi dans son gouvernement, et leur a demandé de continuer à y croire, puisque, selon  lui, la présidente élue, Dilma Rousseff, « fera plus et mieux » à partir de janvier 2011.

« Au moment où l’on établit cette relation authentique, où je vous regarde yeux dans les yeux et que je vois que vous ne me mentez pas et que vous me regardez yeux dans les yeux et voyez que je ne vous mens pas, la chose la plus parfaite de notre passage sur la Terre est consolidée, à savoir la confiance entre êtres humains. Parce que, au fin fond du fond, il ne vaut la peine d’être président de la République que si les personnes qui t’élisent ont confiance en toi » a-t-il déclaré.

La bande audio du discours du Président est disponible ici

Cette nouvelle est du blog du Planalto (présidence de la République du Brésil)

Traduction : Pierre Johnson, Soléco.