Des nouvelles lois pour les coopératives du Brésil et de Cuba

Deux pays de la région Américaine ont adopté des lois pour permettre aux coopératives de prospérer sans restrictions.

Cuba a mis en réserve une somme de 100 millions de contribuer au financement des coopératives, tandis que le Brésil a adopté une loi pour soutenir la croissance des coopératives de travailleurs.

Le Programme pilote cubain, annoncée dans le parlement du pays par le ministre de l’économie, Marino Murillo, couvrira 222 coopératives. Actuellement, le pays est dominé par les coopératives agricoles, mais ce programme permettra aux coopératives non-agricoles d’exister et assouplir les restrictions sur les services de base et accroître la productivité.

Restrictions à la formation de coopératives seront reduits et permettant la création de coopératives dans des domaines multiples, comme la nourriture ou le transport, d’ici à la fin de cette année. La création de coopératives moyennes non étatiques ont longtemps fait partie d’un plan promis par le président Raul Castro.

« Pour ces coopératives et des entités non étatiques, dans l’année à venir 100 millions de dollars sont prévus au budget quel est le financement nécessaire afin qu’ils puissent produire, parce que si nous les créons et il n’y a pas de financement, ils ne fonctionneront pas, » M. Murillo a raconté aux législateurs dans une session parlementaire biennale.

Il a expliqué que les coopératives vont louer les biens d’état et des équipements à intervalles renouvelables de dix ans, fonctionner sur une base de marché, payer des impôts et des bénéfices entre les membres du fossé comme ils l’entendent.

En Amérique du Sud, le Brésil a adopté une loi le 19 Juillet, après neuf ans de travaux menés par les coopératives brésiliennes des travailleurs. La loi, approuvée par la présidente Dilma Rousseff, établit une réglementation claire sur les procédures d’exploitation et d’administration pour les coopératives de travailleurs.

Elle contribue également à garantir les droits des travailleurs des coopératives, tandis que les problèmes juridiques traitent également des problèmes avec par exemple la création de « pseudo » coopératives.

Le Brésil a un fort mouvement coopératif et la loi a de nombreux supporters, y compris Geraldo Alckmin , le gouverneur de San Paulo. Avant d’être adoptée, la loi a été approuvée à l’unanimité par la Chambre des députés du Brésil le 27 Juin.

Les coopératives brésiliennes des travailleurs ont travaillé avec l’Organisation Internationale des Cooperatives de Production Industrialles, d’Artisanat et de Services (CICOPA), et de ses membres et Central de Cooperativas e Empreendimientos Solidários (UNISOL) and Organização das Cooperativas Brasileiras (OCB).

Source